LASZLO remis à neuf

En voir plus

La création peut être un jeu, et le jeu, une chose très sérieuse. Et puisque Jean-Noël László prend l’acte créatif au sérieux, il en joue. Artiste de la contrainte, il s'impose des règles pour avancer dans sa recherche plastique.

S'il put être classé dans la catégorie des mail artistes, son expérience lui fait envisager maintenant sa création sous un angle plus large, déconstruisant ce qui constitue la lettre, formellement, historiquement, socialement, dans ses usages et surtout dans la possibilité qu'elle donne de manier l'écriture. Jean-Noël László est en effet un amoureux des mots qu'il manipule avec une jubilation perceptible. Ainsi, pour son 40e anniversaire, en 1997, il avait décidé de se mettre en quarantaine alors qu'il vivait dans la ville portuaire de Toulon coutumière par nature du confinement des navires, et vivant elle-même une mise à l’isolement forcé du fait de sa couleur politique, à cette période.

Les 52 semaines de l’année avaient alors été ponctuées chacune de l’envoi d’une lettre à un correspondant différent.

Dix ans plus tard, l’artiste file la métaphore et sort de sa quarantaine avec une révision bien nécessaire en pareil cas ; la nouvelle série s’intitule alors László remis à neuf. Elle réunit, comme il se doit, neuf artistes : Arthur Aeschbacher, Jean-Paul Albinet, Marcello Diotallevi, Joël Ducorroy, Bartolomé Ferrando, Jochen Gerz, Mohamed Rachdi, Alain Satié et Jacques Villéglé. C’est aussi l’occasion de réactiver un travail ancien sur le cachet qui laisse apparaître ce que le tampon avait dissimulé avant d’être encré. Chacun des neuf artistes sélectionnés a ainsi pu jouer des mots de Jean-Noël László en changeant leur format, leur texture, leur typographie, dans un travail de sérigraphie ; technique qui offre elle aussi, bien évidemment, la possibilité de l’échange, de la transmission, du partage.

 

Corine Girieud

En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus

Les artistes  

© 2020 lesechelles.com

Jochen GERZ